La collecte coûte de plus en plus cher, comment faire des économies ?

photo-question-1photo-question1-2

Il n’y a pas que pour la collecte que les coûts augmentent, pour le traitement aussi. En cause notamment, les hausses de la TGAP et le renforcement des exigences environnementales. Collectivités exerçant la compétence collecte, vous devez d’autant plus agir sur ce que vous maîtrisez. Fréquence, taux de présentation, taux de remplissage, points de présentation, nombreux sont les paramètres qui influencent le déroulement des collectes et donc leur coût.

Avec WAMACO, vous abordez cette question sans a priori ni tabou, de façon à prendre vos décisions en toute connaissance de cause.

Notre méthode repose sur une détermination précise du besoin à satisfaire, sans préjuger dans un premier temps des moyens et des modalités de collecte. Il est donc d’abord nécessaire de bien comprendre le territoire et le fonctionnement du service en intégrant ce que vous souhaitez qu’il devienne. La réalisation d’un état des lieux va aussi permettre de faire parler les chiffres. Comme par exemple à l’aide du graphique ci-dessous.

Les données du service représentées ici sont les temps de collecte (carrés rouges) et les tonnages (losanges bleus) pour toutes les collectes d’Ordures Ménagères (OM) de l’année. On observe qu’il y a nettement deux lignes distinctes concernant les tonnages collectés, mais pas pour le temps. Le tonnage influence donc peu la durée de la collecte. En reprenant les données source, on observe que les tonnages les plus faibles correspondent au second jour de collecte dans la semaine.

Cela conduit alors à s’interroger sur la nécessité de maintenir une collecte deux fois par semaine (dite « en C2 »).

Un autre exemple des facteurs pris en compte dans nos études est illustré par la photo ci-contre, à droite. Les emplacements à collecter, qu’il s’agisse de collecte en porte-à-porte ou de points de regroupement / présentation, ou de points d’apport volontaire, sont-ils correctement positionnés et bien aménagés ? Par temps de pluie, les bacs sur la photo ne se retrouvent-ils pas dans la boue ? L’herbe facilite-t-elle le roulage des bacs ?

La suite de l’étude permettra de tirer des conclusions et de faire des propositions d’optimisation. Elles sont argumentées et chiffrées.

Revenir aux autres questions

picto-question